mercredi 9 février 2011

La classe

La classe, on l'a.
Ou pas.

Je peux te dire que j'ai été particulièrement classe samedi soir.

Ce qui est génial quand tu picoles à une soirée, c'est quand on te racontes la partie que tu as loupé, à un moment. Tu sais, celle où ton corps était toujours là, mais ton esprit... Ben tu sais plus trop.

Tout commence pour les 25 ans d'Essai numéro 2.

Je bois un verre.
Deux.
Trois.
Quatre.
Cinq...
Après, j'ai arrêté de compter.

Surtout quand j'ai fini les verres des autres sur les tables.

La classe.

J'ai embrassé un garçon que je connaissais depuis 2h00. Même qu'il m'a ajoutée comme amie sur facebook le lendemain. Et qu'Essai numéro 2 l'appelle "beau frère" depuis.

La classe.

A un moment, j'ai commencé à me sentir mal. Mizou, croyant que j'allais vomir, m'accompagne aux toilettes. Quand je me suis assise pour faire caca, elle me dit :
Mizou " Attends, tu vas pas me dire que t'es en train de chier là ?"
Moi "Hé ben siiii ! HA HA HA, je fais cacaaaa devant toi ! Bon allez, je m'essuie 4 fois et on va dire que c'est bon."

La GRANDE classe.

On sort du bar, on s'installe dans la voiture, et moi, la tête au dessus de la portière, réinterprétant l'exorciste version interdite aux moins de 16 ans.
" RAAAAA ! Beeeeee ! YEEEEERk !"

La TRÈS GRANDE classe.

Alors, à ce qu'il paraît, on est allé en boite.
J'ai vomi dans les toilettes de la boîte, avec Mizou qui me donnait des conseils pour bien viser la cuvette.
J'ai vomi devant la boite.
Et quand les garçons ont pris des kebabs,
j'ai vomi devant les Kebabs.
Et quand une vieille Renault est passée avec un mec dedans qui nous a regardé et qui a fait "Bêêêêêêurk ! Mais c'est dégueulasse !"
J'ai encore vomi.
(Dingue, j'ai dû vomir tout ce que j'avais en moi depuis 3 ans au moins).
Sans déconner, j'ai dû laisser 5 pizzas le long de l'avenue.
Mais j'ai été sage, j'ai suivi le tracé du tramway.

La MEGA classe.

Bien évidemment, j'ai aussi vomi sur les chaussures à 400 euros d'Essai numéro 1 qui m'a dit, en me les prêtant le soir, "Tu fais gaffe hein ?". Et quand Mizou me les nettoie avec du sopalin et de l'eau, je re vomi dessus 5 minutes après.
Mizou, déconfite, me regarde et me dit "J'abandonne".

La GRANDIOSE classe.

Finalement, Mizou et Iago m'ont ramené chez Géniteur.
Essai numéro 1 m'a accueillie, m'a mise en pyjama, m'a couchée.
Et quand elle a vu l'état de ses chaussures, avec des bouts de lasagnes dessus et que j'ai rigolé bêtement en disant "Grrnn je te les nettoierais demain. Hé hé, t'avais raison hein !", elle me les a même pas balancé à la gueule.

La SUPER classe.

Mais honnêtement, qui c'est qui a été au top du top de la classe ?

...

Mais non, pas moi, bande de flatteurs.

Non, la classitude suprême, c'est Mizou, Iago et Essai numéro 1.

Parce que ce sont eux qui ont empêché que l'espèce d'huître zombifiée et loqueteuse que j'étais devenue ne finisse dans le caniveau.

C'est pour ça que la classe, on l'a ou pas.

Clairement, eux, oui.

Ils veulent pas que je dise merci, parce que "c'est normal d'être là dans ces moments là."

Ah bon ?

...

Putain.

Classe.

3 commentaires:

Anonyme a dit…

On a les amis qu'on mérite ;)

ps: absolument mdr

M

Audrey a dit…

... "arrrrrgggghhhrr je vomis... je vomis comme dans "l'exorciste", arrrrghhhh c'est affreux"...

J'ai adoré cette soirée.

Prout, prouuuiit.
Mizou

l. a dit…

M : Hé, alors j'ai fait mon plein en "Bonus mérite spécial potehypracool " ? Mortel.

Mizou : aaah... Des souvenirs impérissables... Y'en aura d'autres ! Gloups.

Benvenuto

Une bière gratuite offerte pour chaque
visite.

Non, jdéconne toujours hein...