mercredi 3 août 2011

J'ai la trouille

Dis-toi que mon état d'esprit se résume à ça :


Y'a un peu de ça aussi :



Et aussi cette sensation -là :


Pourquoi ?


Parce que ce soir, c'est coup d'essai coco.


La première de La nostalgie de Dieu.


Et je suis complètement terrorisée.


Je tremble des pieds à la tête et j'ai l'impression que mon ventre et mon coeur ont décidé de monter un complot contre moi.


Comment ça sera perçu ?

Est-ce que tout se passera bien ?

Y-aura t-il du monde ?

Est ce que les gens vont aimer ?

L'auteur, qui est présent ce soir, va aimer ?

Est ce que l'on va m'aimer ?


Raaa.


Kaizer Sauzet peut se rhabiller : le suspens que j'endure est encore plus insoutenable que tout ce que j'ai pu imaginé.


Au moins, après ça, je serais fixée.


Si ça se passe bien, j'ouvre une bouteille pour le fêter.

Si ça se passe mal, j'ouvre une bouteille pour oublier.

2 commentaires:

Chrysalide a dit…

Alors cette première ?

l. a dit…

Hé bien écoute, Chrysalide, ça a été... GENIALEXTRATROPBIEN. Les gens ont bien aimés. Donc cool quoi. Disons que c'est après qu'il faut tenir. Parce que Paris en août, c'est bien. Mais c'est vide.

Benvenuto

Une bière gratuite offerte pour chaque
visite.

Non, jdéconne toujours hein...