mardi 20 mai 2008

Dans la série


Des questions existentielles, je cite :


"Est ce que les parents qui ont des enfants moches savent qu'ils sont moches?"


Mmmm...


ça c'est de la question existentielle.


Et la réponse est aussi difficile à trouver qu'une connexion neuronale chez Eve Angeli.

Parce que la mocheté, c'est un concept.

Soit.

Mais quand tu vois deux beaux spécimens au macdo devant toi, façon Laurel et Hardy en jeunes métalleux qui ne se cachent derrière un rideau de cheveux graisseux que pour ne pas montrer une face criblée de cratères buboniques ou un nez....long (qu'il faudrait sur le champs que je me l'amputasse), mais long, tellement long que le mec ressemble à un corbeau prébubère et l'autre à une boule luisante qui écoute du hard, tu te dis...


Bien, bien, bien.


Mais que vois je?


Et là, la question se pose naturellement.

Ils sont moches.

Ils le savent.

Nous aussi.

Mais leur parents? Ou la fierté factice de la reproduction viendrait t'elle nier l'évidence?


"J'ai engendré un quasimodo qui s'est pris un 3 tonnes dans la gueule",

c'est pas trés glamour, tu notes.


En même temps, l'hypocrisie des parents et de leur proches qui s'extasient devant un bébé qui a une face de vilain liliputien l'est t'elle pour autant?


" Ooooh, qu'est ce qu'il est mign... Heuuu... gentil..."

"C'est marrant, il ressemble à Grand Papa. En plus...frippé."

"Mais il a l'air d'avoir la tête écrasé en deux, c'est normal?"

"Oui, c'est les forceps je crois."

"Hé ben, ils l'ont pas raté hein! HAHAHAHAhaahahahahahahah heu.."


Bref, je pense que les parents le savent. Mais qu'ils essayent desespérement de se convaincre du contraire. Ou tente de trouver des stratagèmes pour passer outre.

Exemple : tenir son rejeton en laisse.

Non seulement, il ne se fera pas fusiller par des villageois en colère : ils penseront qu'il est domestiqué.

Et en plus, il peut même être pris en pitié par des passants bénis qui se diront que c'est un chien qui se coltine une sale maladie de peau.

C'est déjà ça.


Gaffe qu'à son adolescence, le petit monstre ne nous fasse pas un trip à la Carrie, décimant tous ses gentils et beaux camarades qui se seraient, trés gentiment, moqués de ses attributs physiques.

ça fait désorde.

5 commentaires:

Fressine a dit…

"L'amour rend aveugle" s'applique très bien aussi à ce type de situation. Un parent ne peut pas considérer son enfant comme étant moche, vu que c'est la chair de sa chair non ?

On aime tellement son enfant qu'on ne peut le trouver que merveilleux non ?

Et dans ces cas-là, heureusement qu'il y a l'amour parental inconditionnel car après le pauvre enfant moche n'en a pas fini de s'en prendre plein la tête dans la vraie vie !

Cédric a dit…

Je suis assez d'accord avec Fressine sur la position des parents.

(Et sinon, rien à voir mais j'aurais besoin d'un soutien moral. Puis-je avoir le tien chère Liliiom ?)

liliiom a dit…

Fressine : Oui, je suis d'accord.. C'est comme quand un petit te fait un dessin tout pourri et que tu lui dit : "c'est magnifique!", mais tu sais que c'est moche.
Et même si c'est la chair de sa chair, on peut, soi même, se trouver repoussant. Alors, le produit issu de nos copulations aussi, et le rejeter.
Même si là, je te le concède, une séance régulière avec un monsieur qui est assis dans un large fauteuil et qui fume une pipe s'impose.

Cédric : Mais bien sur que tu as mon soutien moral, surtout si tu as assassiné une mémé que tu as poussé dans les escaliers pour te taper l'héritage.
Tu as mon adresse mail?

Cédric a dit…

mm...a priori non, je ne l'ai pas.

Mais a posteriori, il y en a une présente sur ton profil blogger. Est-elle opérationnelle ?

liliiom a dit…

Cédric : yep, cette adresse mail est opérationnelle. Envois l'ascenseur!

Benvenuto

Une bière gratuite offerte pour chaque
visite.

Non, jdéconne toujours hein...