lundi 21 avril 2008

Future médiatrice


Oui, je pense que je pourrais exercer ce métier de façon tout à fait convenable.
Si, si ma p'tite dame.
Parce que pour faire une bonne médiatrice tu dois être :

joignable : Quand, à 1heure du matin, ta pote t'apelle, paniquée, pour te dire que sur les 2 acteurs qu'on côtoie tous les jours et qu'on peut classer dans la catégorie "potes", un enfoiré de première se cache.

à l'écoute : Quand ta pote t'explique que oui, son portable était sur la table de chez elle, qu'elle est allée préparer du thé pour ses 2 "potes", qu'elle les a raccompagné à la porte, qu'elle veut passer un appel et...Plus de portable.

empathique : Quand elle t'explique que ce n'est pas pour ce portable qu'elle pleure, mais pour cette putain de main qui l'a pris, l'a mis dans sa poche et s'est ensuite posée sur son épaule pour lui souhaiter une bonne soirée.

patiente : Quand les 2 mecs, tour à tour, te sortent des explications classées au top 5 des explications les plus foireuses :
Suspect numéro 1 : Tu l'as jeter par la fenêtre je pense.
Suspect numéro 2 ; Ah mais tu sais, moi, les esprits ont déjà voler des objets qui m'appartenaient. Ton appart à dû avaler ton téléphone.

perspicace : Sur le mobile, le pourquoi, les deux gars ayant des téléphones, relativement aisés..
Une blague qui a mal tournée?
Une volonté de détruire une relation?
Un geste totalement impulsif?
Un acte politique?
Que sais-je encore...

muette : Quand il le faut. Quand aprés avoir réunis les 2 gars face à face qui se rejettent mutuellement la faute :"Les 1001 c'est pas moi c'est toi c'est pas moi c'est toi...", ta pote craque, sort son coeur de sa poitrine et le pose sur la table, devant les gars médusés. Impossible, me dis-je de rester insensible face à ce spectacle triste à en crever de cette fille décharnée, qui ne demande qu'une chose : le "courage" du bonhomme de lui dire la vérité, et elle aura le même courage de pardonner, tout de suite, là, maintenant, et qu'elle le jure devant Dieu, parce qu'elle aussi elle en a fait des conneries, qu'elle peut comprendre, mais qu'il lui dise maintenant.
Là, je regarde le suspect numéro 1.
J'ai faillit dire : "T'as pas quelquechose à ajouter?"
Mais ce bon dieu de bon sens me dit shut up please.
Je mords ma langue.
Même si je suis persuadé que les deux vont rester muets.
Et là.
Miracle.
Le suspect numéro 1 nous dit :
"Bon, j'ai quelquechose à vous dire...Le téléphone est chez moi."

spontanée : Suivre le mouvement qui nous prend tous nerveusement : un éclat de rire qui nous secoue tous aprés cet interrogatoire de folie, pire que le cluedo de Burger, quand il nous dit, "je voulais faire Arsène Lupin a encore frappé, et quand j'ai vu le mal que ça t'as fait, j'ai eu peur, je l'ai jeté dans une poubelle. Je te rembourse."

Pffff...
Dur quand même toutes ces émotions.

4 commentaires:

Cédric a dit…

"Tu l'as jeter par la fenêtre je pense."
MDR. record du monde celle-là.

Persephone a dit…

C'est horrible... c'est terrible... c'est ouf, c'est pouah et même un peu beuark. ça me tue tiens.

liliiom a dit…

Cédric : Ouaip...Ce qui était un peu foireux, c'était de la faire passer pour une folle... n'importe quoi lui.

Persephone : Bien dit. Gerbant même.

Cédric a dit…

Je trouve super bizarre l'attitude du gars. Qu'il ait voulu faire une blague foireuse, d'accord. Mais qu'il ait soi-disant pris peur au point de jeter le téléphone...il n'a plus 8 ans.

ça me fait penser à un épisode des Simpsons : Homer coupe par accident les freins de la voiture, Marge manque de mourir, et quand elle lui demande pourquoi il ne l'a pas prévenu qu'il n'y avait plus de freins, il répond : "j'avais peur que tu m'engueules".

Benvenuto

Une bière gratuite offerte pour chaque
visite.

Non, jdéconne toujours hein...