vendredi 22 août 2008

Peur au 20 rue de la paix



J'arrive tranquille sous la pluie (normal en aout).

Devant mon immeuble, un groupe d'environ 10 policiers attendent. Ils ont mis des cordons de sécurité autour de l'entrée.

Alors j'ai pensé :

1) Nicolas Sarkozy achète une montre à sa morue

2) Un colis piégé a explosé à la gueule de feu ma collègue

3) John David fait pitié

4) Pourquoi pas ?

5) Je n'ai plus de gel intime, je dois me laver la zone X au savon de marseille et ça décape quand même.

6) Faut que j'aille bosser.

J'ai demandé aux policiers de me laisser passer, car je dois gagner ma vie et pas jouer à la totomobile, bordel à foutre.

Si, si, j'ai dit ça comme ça.

Il m'a laissé entrer, aprés lui avoir montré mon badge de sécurité.

Je suis arrivée au boulot, et là, j'apprends qu'une bijouterie place Vendôme s'est faite braquer, et que 2 des 4 gars sont rentrés dans l'immeuble et se planquent probablement dans les sous sols.

Ma pote se barre vite fait en me disant : n'ouvre pas à n'importe qui hein ! Ils les ont pas encore retrouvés.

...

En même temps, si deux mecs cagoulés toquent à ma porte, même s'il fait carrément froid aujourd'hui, j'aurais un léger, trés léger doute.

Mais j'ai pas été tranquille aujourd'hui.

Au final, le mec de la sécu m'a dit que les gars s'étaient barrés par les toits et que tout allait bien.

Encore une non victoire de super canard.

2 commentaires:

Cédric a dit…

c'est sûr qu'on ne doit jamais se sentir totalement décontracté dans ce genre de situation...

liliiom a dit…

Cédric : Et en même temps, j'étais bien réveillée, pour une fois

Benvenuto

Une bière gratuite offerte pour chaque
visite.

Non, jdéconne toujours hein...